Le crowdfunding : Késako ?

Le crowdfunding : Késako ?

Les banques ne sont pas les seuls acteurs majeurs en ce qui concerne les fonds et les capitaux. Il existe d'autres alternatives de financement pour développer une activité ou créer/reprendre un projet. Le crowdfunding peut par exemple financer un projet ou une activité de manière entièrement libre et désintermédiée. Ce concept a même pris rapidement son essor grâce au développement du digital et du Web. Pour en comprendre davantage, découvrez dans cet article ce que cela représente réellement.

Le crowdfunding : c'est quoi ?

Le terme anglais crowdfunding signifie « financement participatif ». C'est un mode de financement pour la création d'une entreprise. Il s'agit d'un outil de collecte de fonds, au niveau duquel plusieurs personnes contribuent, économiquement et financièrement, à la réalisation d'un projet. Le crowdfunding s'opère tout particulièrement par voie d'une plateforme web, qui sert à mettre en relation l'investisseur et le dudit projet nécessitant des fonds propres.

Ce procédé prend part à une nouvelle forme de diversification en termes d'épargne et de placements rentables. La souscription s'ouvre autant aux particuliers qu'aux entreprises de secteurs différents. Le financement participatif a connu une croissance à l'échelle mondiale au moyen des réseaux sociaux et se dévoile sous de nombreuses formes.

Les différents types de financement participatif

Julien Foussard est un spécialiste du conseil pour trouver le type de collecte de fonds qui correspond au mieux à un projet du digital, de l'innovation et du e-commerce.

Le crowdfunding peut prendre différentes formes. Il est possible qu'il soit un don, une participation d'une personne physique à titre gracieux et sans contrepartie. Dans le cas contraire, la personne physique ou morale va recevoir, en échange de sa collaboration, une contrepartie ou une récompense. En termes de projets, ce genre de financement est le plus répandu.

Il existe aussi des plateformes de prêts spécifiques au crowdfunding comme le crowdlending ou lending crowdfunding. L'investissement en capital se révèle en outre un financement destiné à un projet précis, une start-up. Les investisseurs qui s'y engagent deviennent par la suite actionnaires du projet.

D'autres formes de crowdfunding, comme le microcrédit, s'utilisent dans le cadre des microprojets. Les investisseurs participent à cet effet en de faibles montants pour privilégier le développement d'une activité.

A quoi sert le crowdfunding ?

Au début, le crowdfunding est consacré pour financer des projets culturels et humanitaires. Après, le concept s'est évolué. Les particuliers peuvent lancer leurs propres projets en faisant recours à un prêt entre particuliers ou via des plateformes de finance solidaire ou de microcrédit.

Le financement participatif convient parfaitement aux entreprises, qui souhaitent faire l'essai de nouveaux produits, ou aux projets de développement. Il offre l'occasion de financer ces projets en passant outre les banques classiques et dans de courts délais. Sachez qu'il existe également des plateformes spécialisées, que ce soit dans le domaine de l'immobilier, de l'énergie renouvelable ou du sport.

Le crowdfunding permet aux créateurs d'entreprises de fédérer et de se faire entourer pour bien réaliser leur projet. Enfin, cette pratique est une façon indirecte de faire une étude de marché par le biais des opinions sur le projet et des résultats de la campagne de « levée de fonds ».